“Un pays sans documentaires est comme une famille sans album photos”  – Patricio Guzman.

Docmonde croit en l’importance d’écrire de l’intérieur l’histoire d’un pays, et offre à des populations diverses les moyens de le faire. 

285

Films réalisés

23

Formateurs

100

Producteurs

73

Pays concernés

50

Films diffusés

Une famille doit-elle se contenter de regarder les photos prises par un visiteur d’un jour, fût-il un ami ? 

Le rôle de Docmonde est précisément de donner les moyens à chaque famille de remplir son album, de l’enrichir de nouveaux films, et de renforcer partout les structures qui permettront de développer de nouveaux albums, génération après génération.

Il n’est bien sûr pas question d’images commerciales ou d’actualités sensationnelles, produites jusqu’à saturation à l’ère du flux numérique. Il s’agit de représentations documentaires qui explorent en profondeur le champ du réel, de films qui prennent le temps de la recherche sur le terrain, de l’écriture et de la pensée, de films qui reflètent leurs sociétés de l’intérieur, au temps présent, de films qui expriment ainsi un point de vue sensible sur le monde dans une forme artistique originale. 

Pour Docmonde, les enjeux du secteur documentaire sont pluriels et indissociablement liés :

Culturels

  • La réalisation d’œuvres de création artistique dont la durée de vie ira bien au-delà du moment où elles sont produites
  • La construction d’une culture du documentaire de création -> créer le public de demain
  • La découverte de films documentaires qui nous instruisent et créent le débat dans les sociétés, ici et ailleurs

Politiques

  • Le renforcement des acteurs de la société civile locale et de l’indépendance des pays
  • Le documentaire comme outil d’émancipation des sociétés et de renforcement du dialogue interculturel

  • La preuve par les résultats pour influer sur les politiques publiques locales : fonds de soutien, droits d’auteurs…

Économiques

  • La structuration d’une filière documentaire, vecteur de développement économique et de création d’emplois -> croissance partagée au sein de coproductions internationales équitables
  • La professionnalisation des réalisateurs et producteurs -> vivre de ses compétences dans son pays

  • L’appui à la création d’entreprises -> ex : la pépinière d’entreprises de production audiovisuelle de St-Louis du Sénégal
  • La circulation des films -> générer des revenus qui seront réinvestis dans l’économie audiovisuelle locale

La méthodique

  • Offrir des ateliers professionnels gratuits et accessibles à des jeunes porteurs de projets pour faire émerger les points de vue des nouvelles générations
  • Proposer des dispositifs souples et adaptés à chaque contexte, visant la transversalité des échanges professionnels (diversité des intervenants, recours aux compétences locales, échanges transversaux entre les différents pays)
  • S’appuyer sur les acteurs de la société civile locale

  • S’inscrire dans le long terme en formant les formateurs de demain